Quelques mots sur la technologie Golem.ai

Golem.ai est une technologie d’analyse du langage par une approche linguistique universelle. Ce positionnement est notablement différent des 2 approches les plus communes dans le NLU aujourd’hui : l’approche statistique (entraînement de réseaux de neurones artificiels), très populaire, et l’approche grammaticale, plus classique. Ces 2 approches ont leurs forces et leurs faiblesses.

De par son approche, Golem.ai offre à la fois une technologie aisément multilingue et sans besoin d’entraînement. L’IA possède déjà une connaissance d’éléments linguistiques propres à toutes les langues humaines. La configuration consiste uniquement à décrire le format des éléments attendus (quelles sont les finalités d’action ou d’interprétation, dans le contexte donné) et à fournir le vocabulaire métier spécifique. C’est une technologie qui a été développée à la suite de plusieurs années d’expérimentation, pour trouver le chemin le plus simple et le plus efficace de configurer une IA d’analyse du langage.

Cette approche est inspirée notamment des idées de Noam Chomsky, un des plus grands penseurs de la linguistique, qui a travaillé à mettre en évidence les structures inhérentes au langage humain, quel que soit le langage, à travers la grammaire générative et transformationnelle. Une des grandes idées corollaires à cette perspective, c’est que le langage est le reflet de notre structuration cognitive, et ainsi, une partie importante du langage relèverait de l’inné plutôt que de l’acquis.

UG [universal grammar] may be regarded as a characterization of the genetically determined language faculty. One may think of thisfaculty as a 'language acquisition device,' an innate component of the human mind that yields a particular language through interaction with present experience, a device that converts experience into a system of knowledge attained: knowledge of one or another language.

- Noam Chomski

Le parallèle avec l’IA est frappant. Tout entraînement statistique sur une langue donnée doit amener sur des patterns récurrents. Mais également, il existe des patterns récurrents entre les langues. Ce qui laisse à penser que, entrainés massivement et sur de très longues durées, les réseaux de neurones artificiels pour le NLU convergent, refaisant, indépendamment les uns des autres, un travail d’abstraction approximative du langage, qui, in fine, est toujours le même pour une bonne partie.

L’approche linguistique universelle va renforcer cette approche SaaS, car l’absence d’entraînement va laisser de la place à ce qui fait l’essentiel pour les technologies de NLU : l’amélioration continue et la personnalisation. En effet, nous avons connu une vague de déception sur les chatbots, qui, populaires, on fait office de porte-étendards réducteurs pour le domaine du NLU. Cette insuffisance a plusieurs causes, l’une d’entre elles est le coût important des technologies de NLU. Les chatbots qui fonctionnent sont ceux qui passent du temps sur l’usage lui-même, le monitoring et l’amélioration de la solution. Les chatbots sont loin de représenter l’intégralité du NLU, et ces leçons s’appliquent à toutes les révolutions qu’apporte la montée des solutions qui usent de NLU.

C’est ainsi que Golem.ai a vocation à proposer une expérience qui laisse plus de temps aux développeurs et aux entreprises pour se consacrer à ce qui fait le coeur de l’innovation, en les libérant de la pénibilité de la configuration du NLU lui-même.