Quand l’IA sublime la fonction de Chief Data Officer

Pour faire face au développement exponentiel des données, les entreprises ont intégré un CDO à leurs organisations. C’était il y a dix ans. Depuis, la fin du CDO a été prophétisée à plusieurs reprises. Elle n’est pas prête d’arriver assure Jean-Denis Garo, head of marketing chez Golem.ai dans sa tribune pour Zdnet.

 

Un rôle pilier

Le rôle du Chief Data Officer prend tout son sens aujourd'hui dans un contexte ou les données structurées comme non structurées se multiplient. La data étant omniprésente en entreprise, il est logique que son rôle s'installe dans la durée avec notamment le DSI, les équipes métiers ou data.

C'est également un facilitateur dans l'intégration de nouvelles solutions et un des principaux décideurs dans le choix technologique : "Nous voyons arriver prochainement des sujets sur l’éthique, sur l’IA responsable et durable, sur l’échange et la monétisation des données, sur la propriété intellectuelle des modèles, etc. Déjà stratégique, il y aura encore énormément de sujets où le CDO sera un des acteurs incontournables" disait Gilbert Ton dans son interview sur son livre Chief Data Officer.

 

L'exemple Data & IA

Dans cette tribune, Jean-Denis Garo évoque aussi le sujet de la donnée comme un actif de l'entreprise : "Pour qu’une donnée devienne un actif de l'entreprise, elle doit être contextualisée. C’est dans ce cadre que l’IA sera utile. L’IA va valoriser cette donnée non structurée au travers d'un processus de compréhension, de synthèse, voire parfois d'actionnement, permettant une assistance réelle aux équipes métiers." 

D'ailleurs les cas d'usages foisonnent notamment dans la compréhension du langage sur l'automatisation de l'analyse des appels d'offres, ou la réponse automatique aux messages.

Découvrez la tribune complète sur Zdnet ! Et pour plus d'informations, contactez-nous.

Nous levons 5 millions d’euros pour développer nos solutions ! Découvrez tous les détails dès maintenant